(Re)découvrir Henry de Montherlant

L’œuvre de Henry de Montherlant a été en partie oubliée. On pourrait dire, et à plus forte raison encore, ce que Thierry Poyet notait à propos de Gustave Flaubert : « il n’intéresse (plus) qu’un aréopage de plus en plus réduit de personnes certes érudites mais toutes malheureusement âgées. » (Le Nihilisme de Flaubert, Kimé, Paris, 2011, p.11).

Aujourd’hui, on ne prend plus même la peine de rééditer ses œuvres, pourtant anciennes, et il n’est plus étudié dans le secondaire. Tout au plus évoque-t-on Montherlant pour parler de son théâtre, – La Reine morte en particulier, – et encore, moins pour le porter à l’admiration que pour frapper d’obsolescence une œuvre qu’on juge datée, désuète et périmée, destinée davantage à orner les bibliothèques plutôt qu’à être lue ou jouée.

Il est difficile de savoir si son œuvre connaîtra un véritable regain d’intérêt – la postérité est capricieuse. Puissent ces quelques réflexions attiser la curiosité de quelques-uns.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.